Nouveau

Wiki 4

Lien original 👉https://wikileaks.org/car-mining/

Traduction 👇

La nouvelle guerre sale pour les droits sur l’uranium et les minéraux en Afrique

Aujourd’hui, vendredi 5 février à 08:30 CET, WikiLeaks publie une collection de documents qui ouvrent la voie à une guerre corrompue de plusieurs milliards de dollars menée par des entreprises occidentales et chinoises qui s’emparent de l’uranium et d’autres droits miniers en République centrafricaine (RCA) et qui échappent au paiement des conséquences environnementales. Parmi les centaines de pages de cette publication figurent des cartes détaillées des droits miniers, des contrats miniers avec pots-de-vin illégaux et des rapports d’enquête secrets. Les documents sont recherchés depuis longtemps par les enquêteurs sur les fraudes. En décembre 2015, une plainte a été déposée contre Areva pour corruption liée à l’achat de trois mines d’uranium pour 1,8 milliard d’euros en 2007.

L’efficacité du processus de supervision par les autorités locales est sapée soit en trompant les fonctionnaires de l’État avec des sociétés écrans trompeuses, telles que la World Sports Alliance (WSA), enregistrée aux Nations Unies, maintenant recyclée en une couverture pour les sociétés minières, soit en les corrompant par le versement de  » primes en espèces « . Après une exploitation rentable des ressources, des entreprises comme Areva – un groupe multinational français spécialisé dans l’énergie nucléaire – abandonnent le pays, laissant derrière elles la contamination nucléaire sans avoir lancé aucun des investissements promis.

Le secteur minier en République centrafricaine : une vue d’ensemble

scandale AREVA et URAMIN

L’Alliance Sportive Mondiale (ASM) : comment l’ONU a été indirectement impliquée dans un plan de corruption minière

Une convention minière entre l’État et les compagnies minières. A quoi ça ressemble ?

PTI, ou comment la principale société d’État chinoise de défense a tenté d’entrer en Afrique centrale

Dig Oil in Central Africa : les aventures d’une jeune société minière

Le calcaire, ressource inexploitée de la République centrafricaine

Corruption et violations de la loi dans le secteur minier en République centrafricaine : liste internationale des sociétés responsables

Le secteur minier en République centrafricaine : une vue d’ensemble

Ces documents offrent une vision à 360 degrés du secteur minier et de ses relations avec l’un des pays les plus pauvres du monde, la République centrafricaine, montrant les nombreux dispositifs mis en place pour éviter les obligations légales, impositives, sociales et environnementales des compagnies minières et les difficultés croissantes des Etats à appliquer leurs décisions.

Vue : Rapport final sur les 
scandale AREVA et URAMIN

L’entreprise nucléaire la plus puissante du monde, AREVA, a abandonné l’exploitation de la République Centrafricaine sans avoir lancé aucun des investissements promis après un énorme scandale politique et financier, dans un contexte de crise sociale et environnementale, avec des niveaux de radioactivité en forte hausse (jusqu’à 30 fois la radioactivité naturelle de la zone) et le retour de ses anciens employés dans leurs foyers comme du bétail. Les documents suivants montrent le mépris constant de l’entreprise à l’égard des institutions centrafricaines et de sa population, et les conditions néocoloniales d’exploitation de ses mines en Afrique.



Publicités
%d blogueurs aiment cette page :