Grippe !… Un p’tit vaccin ?…

Une équipe de chercheurs a passé en revue le Registre Central des Tests Contrôlés et a livré ses conclusions… A vous de voir…  

Aucun vaccin contre la grippe n’a de valeur

une étude de la Collaboration Cochrane

Cette étude est accablante pour toute l’industrie pharmaceutique et ses sbires, l’industrie de contrôle des médicaments et le système médical qui dépend des deux et en fait la promotion. Les vaccins contre la grippe ne présenteraient aucun intérêt et pourrait causer de graves préjudices.

Cochrane Logo Over Syringe

 

par Heidi Stevenson

(Traduction : mézigues…^^)

Une remarquable étude publiée à la Cochrane Library n’a trouvé aucune preuve d’un avantage pour les vaccins contre la grippe. Elle condamne également la qualité des études sur le vaccin contre la grippe, considérant que la grande majorité des tests ont été insuffisants. Les auteurs ont indiqué que les seules études qui montrent des avantages ont été financées par l’industrie. Ils ont également souligné que les études financées par l’industrie étaient plus susceptibles d’être publiées dans les revues les plus prestigieuses … Et encore une chose : Ils ont trouvé des cas de graves dommages causés par les vaccins, en dépit d’une communication inadéquate sur les effets indésirables.

L’étude :  » Les vaccins pour la prévention de la grippe chez les adultes en bonne santé,  » est accablante pour toute l’industrie pharmaceutique et ses sbires : l’industrie de contrôle des médicaments et le système médical qui dépend des deux et en fait la promotion.

Dans le style habituel de la litote de la revue scientifique, les auteurs ont conclu :

Les résultats de cette étude semblent décourager l’utilisation de la vaccination contre la grippe chez les adultes en bonne santé comme une mesure de santé publique de routine. Comme les adultes en bonne santé ont un faible risque de complications dues à la maladie respiratoire, l’utilisation du vaccin peut être conseillé uniquement comme une mesure de protection individuelle contre les symptômes dans des cas spécifiques.

L’étude

Les auteurs ont tenté de trouver et rechercher toutes les études qui ont évalué les effets des vaccins contre la grippe chez les adultes en bonne santé âgés de 18-65 ans.

A cette fin, ils ont « cherché dans le Registre Central des Tests Contrôlés de Cochrane (The Cochrane Library 2010, numéro 2), MEDLINE (Janvier 1966 à Juin 2010) et EMBASE (1990 à Juin 2010).

 Ils comprenaient 50 rapports. 40 d’entre-eux ont été des essais cliniques concernant plus de 70.000 personnes. Deux ne portaient que sur les effets nocifs et n’ont pas été inclus dans cette étude. Les études sur tous les types de vaccins contre la grippe ont été inclus: vaccins vivants, atténués, inactivés ou sous-unités.

Les principaux résultats qu’ils ont cherchés portaient sur les chiffres et les degrés de gravité de la grippe et des maladies de type grippal. Ils ont également examiné le nombre et la gravité des méfaits de ces vaccins. Les auteurs ont tenté de recueillir les données manquantes en écrivant aux auteurs d’études individuelles. Ils décrivent la réponse comme «décevante». En fin de compte, ils ont inclus 50 études et ont refusé d’en utiliser 92, principalement en raison de défauts très importants, comme l’utilisation de contrôles inadéquats, n’étant pas des tests contrôlés au hasard, incohérences dans les données présentées, manque de conception de l’étude, définitions imprécises, rapports pauvres, manque de données brutes et absence de placebo.

Les auteurs ont constaté :

Les vaccins administrés par voie parentérale, hors du tube digestif (ce qui signifie généralement par injection), réduisent les symptômes pseudo-grippaux de seulement 4%.

Ils n’ont trouvé aucune preuve selon laquelle la vaccination empêche la transmission du virus chez les adultes en bonne santé ! (Voici où mène l’argument de l’immunité de groupe !) Cela est particulièrement important parce que, comme ils l’ont souligné, les vaccins inactivés sont connus pour être plus performants chez les adultes en bonne santé.

Ils n’ont trouvé aucune preuve non plus que les vaccins contre la grippe préviendraient les complications. Ils ont tenté de déterminer la gravité des complications, et ils ont vraiment fait un rapport sur certaines, la plupart des études n’ont tout simplement pas abordé la question ou l’ont fait si insuffisamment !

Conclusions

L’étude Cochrane a trouvé très peu de preuves pour soutenir même une petite amélioration, hors temps de travail. Même la recherche doit être mise dans le contexte de l’influence de l’industrie.

Les auteurs ont écrit:

Cet examen comprend 15 des 36 tests financés par l’industrie (4 n’ont eu aucune déclaration de financement). Un précédent examen systématique de 274 études de vaccins contre la grippe publiées jusqu’à 2007, révèle que les études sectorielles financées par l’industrie ont été publiés dans des revues prestigieuses et plus citée
que les autres études, indépendamment de la qualité méthodologique et de la taille.

Les études financées sur fonds publics étaient significativement moins susceptibles de déclarer des conclusions favorables aux vaccins.
L’examen a montré que les éléments de preuves fiables sur les vaccins antigrippaux est mince, mais il existe des preuves de la manipulation généralisée des conclusions et la fausse notoriété de ces études. Le contenu et les conclusions de cet examen doivent être interprétés à la lumière de cette constatation.

«… Les études financées par l’industrie ont été publiés dans des revues prestigieuses et plus citées que les autres études … »

« … Les données fiables sur les vaccins anti-grippaux sont minces … »

« … Il existe des preuves de la manipulation généralisée des conclusions … »

Assurément, le « contenu et les conclusions de cet examen devraient être interprétés à la lumière de cette constatation »!

Même sans tenir compte de la mauvaise qualité des études en général, les auteurs ont eu beaucoup de mal à trouver quelque avantage que ce soit à la vaccination contre la grippe chez les personnes saines. Au mieux, ils ont constaté une légère diminution du nombre de jours d’arrêt de travail. Ils n’ont pas trouvé un bénéfice
quelconque à la vaccination, ni dans les complications, ni sur la mortalité.

En dépit de la déclaration limitée sur les effets indésirables, les auteurs en ont trouvé quelques-uns, dont 1,6 cas de syndrome de Guillain-Barré par million.

La question qu’il faut se poser est la suivante : Comment une vaccination contre la grippe peut-elle se justifier quand elle n’a pratiquement aucun avantage – pas même la douteuse immunité collective souvent citée – et que des cas de préjudices graves sont documentés, en dépit des rapports honteusement limités d’effets
indésirables?

Il est plus que temps d’arrêter cette farce, de piquer adultes et enfants, sans la moindre preuve montrant un avantage, même si on essaye d’en trouver, mais avec preuve de préjudice invalidant, même si on essaye de la masquer.

Source

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s