… Une rencontre extraodinaire…

… Un tour dehors en fin de soirée, (j’aime bien faire ça les soirs de pleine lune 🙂 ), une charrette flanquée de pancartes arrêtée devant un abri-bus, un homme dort sur le banc… Je passe sans bruit… Je rentre…

Puis j’y pense !… Non qu’il fasse froid, non qu’il pleuve, ce n’est pas ça !… Je veux en savoir plus ! Lui proposer un endroit plus confortable pour passer la nuit !… J’y vais…

« Bonjour Monsieur… Allô ? »

« Bonjour » me répond-t-il avec un grand sourire. Et on se met à parler !… Plus de deux heures d’échanges passionnants… Il tient à rester dans l’abri-bus pour la nuit et poursuivre son chemin à l’aurore…

Dire que ce moment m’a retourné les tripes, c’est ne rien dire !…

Partager son aventure, la faire connaître, c’est le moins que je puisse faire…

Je vous présente Joël Buton, qui marche depuis 1999 à travers l’Europe en poussant sa charrette, pour sensibiliser les politiques sur le fléau des mines anti-personnel !…


Depuis qu’il a entendu dans son sommeil, une nuit, Lady Di lui demander de poursuivre sa lutte, Joël Buton entend dénoncer l’utilisation des mines antipersonnel

Charente-Maritime : il sillonne le monde pour lutter contre les mines antipersonnel
Joël Buton pousse un chariot de 250 kilos. Il a fait plus de 50 000 kilomètres.©

S. D.

Pour sûr on ne peut pas le louper. Il est descendu du bac dimanche dernier à Royan après un périple dans le Médoc en poussant à pied son chariot, en fin de compte un ancien lit sur roulettes, avec un chargement de 250 kilos. Depuis qu’il a entendu dans son sommeil, une nuit, Lady Di lui demander de poursuivre sa lutte contre l’utilisation des mines antipersonnel, Joël Buton, cracheur de feu et fakir de son État, a pris la route. C’était le 29 mai 1999. Depuis, il a effectué plus de 50 000 kilomètres à travers le monde pour récolter des signatures de maires et porter la bonne parole.« Je rassure tout de suite, je ne suis pas fou », prévient d’emblée ce Vendéen qui compte relier Rochefort et La Rochelle par les petites routes et les pistes cyclables. Nous voilà effectivement rassurés. Un fou qui dit qu’il n’est pas fou ne doit pas vraiment être fou. Original, en revanche, c’est certain. Et physiquement robuste. Pour pousser et manœuvrer son chargement encombrant, il faut une certaine dose de résistance.

« De belles rencontres »

Depuis seize ans, l’intéressé dit avoir traversé nombre de pays. Il les cite : la Belgique, l’Angleterre, l’Allemagne, la Pologne, l’Estonie, la Grèce, l’Espagne, le Portugal… La liste est longue. Avec lui, il conserve un cahier avec toutes les signatures des maires. Son aventure, il l’affirme, va se terminer en juin ou juillet sur les Champs-Élysées, à Paris.

« Après, je compte me rendre à Genève, où est exposée sur la place des Nations, la Broken Chair, sculpture monumentale en bois de l’artiste suisse Daniel Berset qui représente une chaise géante au pied cassé. Elle symbolise le refus des mines antipersonnel et des armes à sous-munitions », explique le Vendéen qui espère rencontrer le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU) Ban Ki-Moon pour lui remettre ses signatures.

« J’en ai recueilli plus de 3 200 signatures de maires. Et 450 000 signatures de personnes que j’ai croisées au cours de mes voyages », assure t-il. Les maires des communes littorales de Charente-Maritime risquent donc de le voir débarquer à l’improviste. « Dans le Médoc, j’ai été super bien reçu », tient à dire Joël Buton qui, à bientôt 56 ans, aura passé seize ans de sa vie sur la route à dormir à la belle étoile. Même en hiver.

Un combat louable

Pour lui, le combat en vaut la peine. « Savez-vous qu‘une mine antipersonnel saute toutes les 25 minutes dans le monde? Les principales victimes sont des enfants. Ce n’est pas normal. » Alors quand on l’a traité de fou lorsqu’il s’est lancé dans cette croisade, il n’en a pas tenu compte. Et n’a jamais flanché.Même lorsqu’on a essayé d’incendier son chariot à Rome.

« Globalement, je n’ai fait que de belles rencontres. Mon chariot attire les regards et les gens viennent me parler », constate ce marcheur impénitent dopé par une quête louable. Rien ne l’arrête. Entre Rochefort et La Rochelle, il a prévu d’emprunter la piste cyclable. Les touristes et les promeneurs du dimanche risquent d’être surpris. Ça tombe bien, il mise là-dessus.

Source



un groupe Facebook pour le soutenir.

Merci de partager, de faire tourner pour le faire connaître… 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s